L’aquifère Oligocène à Morcenx-la-Nouvelle

L’aquifère Oligocène à Morcenx-la-Nouvelle

Les forages d’alimentation en eau potable de la ville de Morcenx-la-Nouvelle captent l’aquifère de l’Oligocène

Cet aquifère est captif (i.e. sous pression et surmonté de niveaux parfois imperméables) et profond, donc isolé de la surface (cf. figure 1).

Les roches qui contiennent l’eau captée par les forages se sont donc formées il y a environ 30 Millions d’années (époque Oligocène) mais l’âge de la roche est à ne pas confondre avec l’âge de l’eau qui est beaucoup plus récent. L’infiltration de l’eau dans le sol a en effet eu lieu il y a quelques milliers d’années seulement. C’est cependant une eau qui est ancienne pour une eau souterraine.

CGEOL_ZNA_82

Figure 1 – Coupe géologique schématique Dax / Sore - Source : Conseil Départemental des Landes

Formation de l’aquifère :

Concernant l’environnement de dépôt des roches, il faut avoir en tête qu’à l’Oligocène (et au Miocène qui lui succède), l’essentiel de la chaîne pyrénéenne est déjà formé et le relief landais relativement plat. Le triangle landais est alors le siège d’une intense sédimentation venant des reliefs environnants des Pyrénées et du Massif Central (cf. figure 2).

oligocene_inf_cle87117d

Figure 2 : L’Aquitaine entre Oligocène et Eocène - Source : atlaspaysages.lotetgaronne.fr

Ces dépôts s’accumulent et s’enfoncent progressivement pendant une très longue période, ce qui est à l’origine de formations aujourd’hui très épaisses (plus d’un millier de mètres d’épaisseur) : les molasses. Ces molasses sont globalement argileuses donc pauvres en eau souterraine. Cependant il y a environ 35 millions d’années, un retour épisodique de la mer (=transgression marine) dans le bassin aquitain a permis la formation de niveaux calcaires au sein des molasses (cf. figure 3).

a1-affleurementruasse-figure1-redim

Figure 3 – Paléogéographie de l’Aquitaine au Stampien (-34 à -28 Ma) (©Chartier Didier) - Source : sigesaqi.brgm.fr

Ce sont ces calcaires riches en fossiles et gorgés d’eau qui constituent aujourd’hui l’aquifère.

Du fait de la profondeur importante des forages nécessaires, cet aquifère est principalement exploité pour l’alimentation en eau potable, et ce dans une zone qu’on peut délimiter grossièrement par les communes de Morcenx, Rion des Landes, Tartas et Dax. L’eau y est de qualité (pas de traitement nécessaire) et les débits suffisants.

A l’ouest de ce secteur, l’oligocène devient de plus en plus argileux donc moins favorable à la présence d’une nappe d’eau souterraine.

Réalimentation :

L’aquifère se recharge grâce aux précipitations dans les secteurs où les niveaux Oligocène arrivent en surface. C’est le cas sur les pourtours du bassin aquitain, notamment dans la vallée de la Garonne et dans une moindre mesure sur le piémont pyrénéen.

Une partie de l’alimentation s’effectue également par drainance verticale descendante, c’est-à-dire par infiltration à travers les niveaux supérieurs du Miocène et du quaternaire. Cette infiltration est extrêmement lente compte tenu de la présence de niveaux argileux mais, quantitativement, elle n’est pas à négliger du fait de la grande étendue de l’aquifère Oligocène.

A l’échelle du bassin aquitain, l’écoulement des eaux souterraines est globalement orienté de l’est vers l’ouest (cf. figure 4).

geologues_156_aquiferes_aquitaine_pyrenees 4

Figure 4 – Systèmes aquifères Oligocène - Source : Revue Géologues N° 156 ; « Généralités sur les aquifères en Aquitaine-Pyrénées »

Source : Conseil Départemental des Landes - Service Environnement

Crédit Photo : Josep Monter Martinez de Pixabay